Éloge de la lauréate du prix Émile-Nelligan 2004

par Martine Audet, présidente du jury

Kim Doré, Le rayonnement des corps noirs, Poètes de Brousse.

S'ouvrant sur un dialogue dense et envoûtant avec Roland Giguère, Le rayonnement des corps noirs interroge l'ordre sensible du monde. Avec ce qui nous altère, avec ce qui nous excède, la poète y affronte les rafales du sombre et du cœur pour revenir le souffle chargé de quelques magnifiques et fragiles transparences car il y a des survivants n'est-ce pas... et qu'il s'agit de tenir ensemble. Ce mouvement, entre dérives et certitudes, entre anéantissement et désir infini, Kim Doré l'a habilement inscrit à même la forme, usant d'un rythme, parfois ample comme la mer parfois feu ou tourment et d'une parole juste et grave qui nous emportent vers une plus vive conscience de soi et du monde. Il est alors question de poésie, d'espérance, de responsabilité face à la désolation de notre temps, d'amour aussi, de l'essentiel et, ce, jusqu'à la véritable présence : cette hypothèse où nous vivrons. Un recueil empreint d'une belle et courageuse profondeur, d'une très poignante lucidité.