Le jury du prix Gilles-Corbeil 2017
Benoît Melançon, président du jury
Professeur au Département des littératures de langue française de
l’Université de Montréal, essayiste et blogueur

Frédérique Bernier
Professeure au Département de littérature du cégep Saint-Laurent
et essayiste

Alain Farah
Écrivain et professeur au Département d’études françaises de
l’Université de McGill

Pierre Hébert
Professeur titulaire à l’Université de Sherbrooke et écrivain

Sophie Létourneau
Professeur de création littéraire à l’Université Laval
et écrivaine


Benoît Melançon, président du jury

Benoît Melançon est professeur au Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal, essayiste et blogueur (oreilletendue.com). Dix-huitiémiste de formation, il travaille actuellement sur les questions de langue au Québec et sur les rapports entre culture et sport. Il a reçu le prix André-Laurendeau de l’Association francophone pour le savoir et le prix Georges-Émile-Lapalme, la plus haute distinction du gouvernement du Québec en matière de rayonnement et de qualité de la langue française. Plus récents livres parus : Le niveau baisse ! (et autres idées reçues sur la langue) (2015); l’Oreille tendue (2016).

Frédérique Bernier

Frédérique Bernier enseigne la littérature au cégep de Saint-Laurent. En sus de nombreux essais et articles en revue, elle a fait paraître deux livres : La voix et l’os. Imaginaire de l’ascèse chez Saint-Denys Garneau et Samuel Beckett (Presses de l’Université de Montréal, « Espace littéraire », 2010) et Les essais de Jacques Brault. De seuils en effacements (Fides, « Nouvelles études québécoises », 2004). Elle a également dirigé l’ouvrage collectif Créatures. Figures esthétiques de l’auto-engendrement (Nota Bene, « Nouveaux essais Spirale », 2012). Elle a été membre du comité de rédaction des cahiers littéraire Contre-jour pendant une dizaine d’années.

Alain Farah

Alain Farah est écrivain. En 2013, il a fait paraître son deuxième roman, Pourquoi Bologne (Le Quartanier) de même qu’un essai, Le Gala des incomparables (Classiques Garnier). Farah est aussi l’auteur de Matamore no 29 (Le Quartanier, 2008) et de Quelque chose se détache du port (Le Quartanier, 2004). Professeur à l'Université McGill, il enseigne la littérature française contemporaine et la création littéraire. On peut l’entendre, depuis 2011, à l’émission Plus on est de fous, plus on lit sur les ondes de ICI Radio-Canada Première. Cette année, il a publié un roman graphique, La ligne la plus sombre (La Pastèque) et écrit une adaptation théâtrale du Déclin de l’empire américain de Denys Arcand en compagnie du metteur en scène Patrice Dubois et de l’équipe du Théâtre Petit à Petit.

Pierre Hébert

Pierre Hébert est professeur associé à l’Université de Sherbrooke et membre de la Société royale du Canada depuis 2006. Il a publié, seul et en collaboration, des ouvrages sur Lionel Groulx, Jacques Poulin, La Gazette littéraire de Fleury Mesplet, entre autres ; il est aussi auteur ou coauteur de cinq livres sur la censure, dont le Dictonnaire de la censure au Québec (littérature et cinéma), avec Yves Lever et Kenneth Landry. Il préside à une équipe interuniversitaire composée de Jean Morency, Annette Hayward, Patricia Godbout et Stéphanie Bernier, qui prépare l’édition annotée de la correspondance de Louis Dantin; le premier tome (de quatre), la correspondance entre Dantin et Alfred DesRochers, est paru en 2014. Il prépare aussi, avec Bernard Andrès et la collaboration d’Alex Gagnon, un Atlas de la littérature québécoise et, avec Louise Bienvenue, une étude sur Marie-Claire Daveluy.


Sophie Létourneau

Née à Québec en 1980, Sophie Létourneau a étudié la littérature française à lʼUniversité de Montréal, où elle a soutenu une thèse sur Roland Barthes. Après un post-doctorat aux université McGill et Paris VIII, elle a vécu à Tokyo avant de sʼinstaller dans sa ville natale.

Professeur de création littéraire à lʼUniversité Laval, elle sʼest fait connaître en 2013 avec la publication de Chanson française aux éditions Le Quartanier, un roman dʼamour et de mélancolie, finaliste au Prix des collégiens et au Prix France-Québec. Sophie Létourneau a également publié un livre dʼentretiens avec Wajdi Mouawad et André Brassard (« Je suis le méchant ! »), un récit (Polaroïds) et une novella (L’été 95).