Le prix Ozias-Leduc 2007

Serge Murphy

Notice biographique du lauréat

Éloge du lauréat

Mot du lauréat

Les oeuvres de l'artiste

Les membres du jury
Montréal, mardi 30 octobre 2007

La Fondation Émile-Nelligan a le plaisir d'annoncer que le prix Ozias-Leduc, d'une valeur de 25 000 $, est décerné à l'artiste en arts visuels montréalais Serge Murphy pour l'ensemble de son œuvre.

Le jury se composait cette année de René Viau, journaliste et critique d'art, France Gascon, directrice du Musée d'art urbain, Suzanne Pressé, historienne d'art ainsi que des conservateurs Pierre Landry et Michel Martin, respectivevement, du Musée d'art contemporain de Montréal et du Musée national des beaux-arts du Québec.

« Récupérateur allègre et champion du vide-grenier, Serge Murphy reconvertit les objets trouvés. Avec des débris pauvres, il crée des jardins de délices, hybrides et disjonctés. Rêveur d’espace mais aussi rêveur de temps, il rassemble dans ses installations des témoins de tous les moments, même les plus triviaux, de la vie. Ingénieux, ingénu et ingénieux, Serge Murphy se fait “désordinateur” » a souligné la président du jury, René Viau, dans son éloge lors de la cérémonie qui se déroulait au Musée d'art contemporain.

Le prix Ozias-Leduc est un prix de création en arts visuels remis à tous les trois ans par la Fondation Émile-Nelligan. Ce prix a été attribué pour la première fois en 1992 au sculpteur Roland Poulin puis, à Jana Sterbak (1995), Rober Racine (1998), Massimo Guerrera (2001) et Guy Pellerin (2004).

La Fondation Émile-Nelligan gère également d'autres prix parmi les plus importants au Québec dont, le prix de littérature Gilles-Corbeil, d'une valeur de 100 000 $, le prix Serge-Garant en musique contemporaine, doté d'une bourse de 25 000 $ de même que le prix de poésie Émile-Nelligan (7 500 $) décerné chaque printemps à un poète de 35 ans ou moins pour un recueil publié au cours de l'année.

La Fondation est une société sans but lucratif, créée en 1979 par Gilles Corbeil, neveu de Émile Nelligan, en vue d'honorer la mémoire du poète et d'aider les arts et les lettres.

Source : Manon Gagnon
(514) 278-4657