La lauréate du prix Émile-Nelligan 2005
Photo © Josée Lambert

Communiqué de presse

Les membres du jury



Renée Gagnon,
des fois que je tombe,
Le Quartanier
2005

Née en 1978, Renée Gagnon vit à Montréal. Détentrice d'une maîtrise en études littéraire de l'UQÀM, elle a publié des poèmes dans C'est selon, Revue Le Quartanier, Zinc et la revue française Fusées. Elle a fait paraître au Quartanier en novembre 2005 Des fois que je tombe et travaille à un deuxième livre de poèmes, à paraître à l'hiver 2006, qui convoque protagonistes et archétypes de films noirs.

Éloge de la lauréate par Denise Desautels, présidente du jury

Recueil composé de sept suites de poèmes d'une superbe gravité, marqué par le risque, le doute, la peur, le déséquilibre, la perte, Des fois que je tombe est traversé/assailli par une voix inhabituelle, irrésistible, souvent hors d'haleine, hors d'elle-même, qui se met en péril, magnifiquement audacieuse, qui va et vient, de question en question, entre douleur et conscience. Inquiète et étrangement passionnée, toujours en quête de souffle, de sens, de langage, cette voix discontinue, au " je " féminin à la fois trouble et troublant, insérée dans une écriture du dépouillement, du peu, au rythme éperdu, hachuré, tout en ellipses, en trous, en coupures abruptes des vers, en affolements de la syntaxe, est celle d'un corps dépeuplé, meurtri, épars, qui cherche, cherche, " au noir de ce qui ne se parle pas ", un peu d'air et de mots, ardemment " plus de mots pour comprendre ", ardemment à " habiter mots ". Quand la poète dit : " demain n'écrirai plus que fissures / vacarme / et quelque chose d'autre ", nous savons que cette farouche et ultime exigence convoque l'essentiel et qu'elle résonne en nous. Désormais, avec elle, " quand ce sera temps : croire ".