Éloge du lauréat du prix Gilles-Corbeil 2017
Michel Tremblay

Par Benoît Melançon
Professeur au Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal, essayiste, blogueur et président du jury
En choisissant Michel Tremblay comme lauréat 2017 du prix Gilles-Corbeil, le jury a évidemment voulu saluer une œuvre, au sens le plus fort du terme, une œuvre imposante, cohérente tout en étant diversifiée, une œuvre inscrite dans la durée. Devant cette œuvre, chacun des membres du jury avait son personnage préféré, sa scène forte, son souvenir de spectateur ou de lecteur. Cela s’explique facilement : Michel Tremblay est à la fois un proche, une figure connue, et un classique de la littérature québécoise. Ses textes sont lus à l’école, étudiés par des chercheurs de partout, repris par des créateurs de tous les âges.

Le jury a aussi, voire surtout, voulu appeler à une relecture de l’œuvre de Michel Tremblay, qu’il s’agisse de son théâtre ou de ses romans, mais l’on pourrait probablement dire la même chose de ses contes, de ses recueils de souvenirs, de ses scénarios ou de ses traductions-adaptations.

Affirmer que Michel Tremblay a donné ses lettres de noblesse au français populaire québécois, qu’il est un des chantres de Montréal et de son peuple ou qu’il est la voix des marginaux ne paraît plus suffisant aux yeux des membres du jury.

En matière de langue, il faudrait montrer combien Michel Tremblay a fait entendre une multitude de variétés du français — pas seulement le français populaire — et souligner qu’il l’a fait sur tous les plans. Ses personnages utilisent plusieurs formes de français, mais ses narrateurs aussi, qui ne sont pas toujours en train de cadastrer la langue, en indiquant ce qu’il faudrait dire ou ne pas dire. Cette façon de procéder, on la loue souvent chez des romanciers et des dramaturges bien plus jeunes que lui; or Michel Tremblay leur a ouvert la voie il y a des décennies.

Michel Tremblay, c’est Montréal, évidemment, mais ce n’est pas que Montréal; ce sont d’autres territoires imaginaires, l’Amérique, comme le font voir les neuf volumes de La diaspora des Desrosiers, et l’Europe. Si l’Europe ne paraît pas avoir le même statut que les États-Unis, c’est qu’elle est peut-être moins un lieu à explorer qu’un univers culturel à s’approprier, à intérioriser. La France, notamment, est omniprésente, chez Michel Tremblay, par le cinéma, par la chanson, par la littérature. Son œuvre s’inscrit clairement dans une tradition littéraire française, en particulier par son rapport constant avec les grandes chroniques romanesques depuis Balzac.

Michel Tremblay, dit-on souvent, a donné voix aux marginaux sur la scène, à l’écran, dans ses textes. Cela est incontestable, mais il ne faudrait pas oublier qu’il a également donné voix aux femmes (qui ne sont pas des marginales), et d’une façon qui a peu d’égale dans la littérature québécoise. On lui doit encore des réflexions sur ce que le Canada doit aux Premières nations. La palette des personnages de Michel Tremblay — leur humanité diverse, parfois métissée, souvent difficile à revendiquer — est bien plus étendue qu’on semble le croire. La différence est constitutive chez lui.

Pour le dire d’un mot, selon le jury du prix Gilles-Corbeil, le temps est venu de lire Michel Tremblay à partir de nouvelles perspectives, contre les lieux communs et les formules toutes faites. Voilà un grand écrivain populaire; personne ne le niera. Voilà, plus justement, un grand écrivain qui a lu ses pairs, d’ici et d’ailleurs, qui dialogue avec eux, qui élabore une œuvre qui n’a rien à leur envier, tant sur le plan de la forme que de la puissance.

Dans le théâtre et dans la littérature du Québec, il y a un avant Michel Tremblay et un après Michel Tremblay. Des générations d’auteurs, de lecteurs et de spectateurs ont été marquées par lui. C’est leur voix qu’a voulu faire résonner le jury du prix Gilles-Corbeil 2017.