Anne Hébert (1916-2000)
Photo © Josée Lambert
Œuvres d'Anne Hébert
Extrait tiré de l'Oeuvre poétique

Née à Sainte-Catherine-de-Fossambault en 1916, élevée dans un milieu familial littéraire (père écrivain, frère homme de théâtre), Anne Hébert a fait ses études à Québec.

Pendant plusieurs années, elle a écrit des textes pour la radio et la télévision de Radio-Canada et a collaboré à des journaux canadiens.

En 1950, son recueil de nouvelles Le Torrent apparaît comme étant la première œuvre canadienne française qui exprime ouvertement la révolte. De même, Les Chambres de bois, publiées en 1958, marquent le début du roman poétique au Canada français.

Après la publication de son recueil de poèmes Le Tombeau des rois, en 1953, plusieurs grands écrivains et critiques français, notamment Pierre Emmanuel, Albert Béguin et André Rousseaux, consacrent des articles chaleureux à son œuvre, et la font définitivement connaître en France.

Son roman Kamouraska, Prix des Libraires de France 1971, a été traduit en plusieurs langues et est considéré par beaucoup comme l'une des œuvres les plus importantes de la littérature de langue française contemporaine. Ce roman a été porté à l'écran par Claude Jutra.

Elle a, tour à tour, été couronnée par le Prix David en 1942, les Prix Duvernay et France-Canada en 1958, le Prix de la province de Québec en 1959, successivement en 1961, 1967 et 1971 le Prix du Gouverneur général du Canada, le Prix Molson et le Grand Prix de la Littérature française hors France attribué par l'Académie royale de Belgique. En 1976, elle a reçu le Prix Pierre-de-Monaco, en 1978, le Prix Athanase-David pour l'ensemble de son œuvre, le Prix Fémina en 1982 pour son roman Les Fous de Bassan, le Prix du Gouverneur général du Canada en 1992 pour son roman L'Enfant chargé de songes. En 1993, elle a reçu les insignes de l'Ordre des francophones d'Amérique ainsi que le Prix Gilles-Corbeil. L'Université du Québec et l'Université McGill lui ont également décerné des doctorats honorifiques.